Pour ceux ou celles qui craignent la présence des requins, je peux vous rassurer car il n’y a aucune espèce dangereuse à Djibouti. On ne rencontre que des requins de corail, des pointes blanches et des pointes noires, des requins dormeurs qui sont« inoffensifs » sauf si l’on vient leur présenter du poisson ou de la viande odorante.Par grand fond, il y a aussi du requin-marteau et du requin-scie que j’ai pu voir surles bateaux de pêcheurs qui peuvent avoir des tailles impressionnantes. Les requins-dormeurs (ou nourrices) peuvent être approchés et même caressés lorsqu’ils sont dans leur trou – généralement ils entrent par l’entrée face au courant et sortent par  l’autre côté. J’en ai déjà vu sortir en reculant afin de se dégager des coraux.On peut nager en toute quiétude avec les requins-baleines sont qui, sont, eux despoissons (le plus gros du monde) qui ne consomment que du plancton et n’ont pas de dents (sauf sur leur peau à dents cutanées) qui rend les genoux très irrités lors-que l’on s’amuse à les chevaucher. Très, très sympa et extra- ordinaire expérience

Je peux dénoncer la tuerie des requins de toute sorte par les pêcheurs yéménites,dans le Golfe d’Aden. Ils récupèrent les ailerons pour le commerce avec les Chinois. Ces pêcheurs attrapent la bête à l’aide d’un hameçon et de la viande, l’attirent jusqu’à la barque, l’attachent vivant le long de l’embarcation, lui injectent de l’essence par les ouis afin de l’endormir puis tranchent les ailerons à l’animal vivant qui est ensuite détaché et qui meurt noyé en souffrant. Nous avons, à l’époque, reporté ces faits à l’Armée française et au Gouvernement djiboutien afin que les pêcheurs soient informés de la destruction massive qu’ils provoquaient.

http://www.wwf.fr/

Publicités